lecture, MA ROUTINE BONHEUR

Le premier accord toltèques : que ta parole soit impeccable. 

5 Partages

Il est un accord toltèques dont je suis en train de faire l’expérience à mes dépends. Ceux qui me connaissent savent bien que la spontanéité est un qualificatif qui me caractérise parfaitement. Je suis du genre à parler d’abord et à réfléchir ensuite ! C’était un véritable fléau pendant ma jeunesse (surtout pour mes parents ou mon jules pour qui il était impossible de me faire des confidences). Même si, avec les années je me suis améliorée, il y a encore des moments où je pars en sucette. Besoin de reconnaissance ou en mode langue de vipère cela me vaut bien souvent des tourments lorsque je réalise que l’impact que mes paroles peuvent avoir sur mon entourage. Je rassure tout de même mon entourage, je sais aussi garder les secrets !

Si regretter ne suffit pas, et si se tourmenter est inutile, faire sa pitance et tenter de s’améliorer chaque jour est un moyen que j’ai trouvé pour me repentir. En effet, il y a quelques jours j’ai eu la sensation d’avoir fait du mal à quelqu’un. J’ai cru que j’avais trop parlé et que mes paroles l’avait profondément blessée au point de perdre son amitié. Cela m’a beaucoup affectée et j’ai été très triste. J’ai beaucoup réfléchis à ce qui avait pu se passer et j’ai voulu tirer des leçons de cet expérience. Depuis plusieurs jours j’essaie de faire attention à ce que je dit. Je tente de réfléchir avant de parler et parfois, je prends même la décision de me taire (ce qui est un exploit). Faire cette expérience m’a rappelé quelques principes que j’avait envie de partager avec vous. Peut-être que cela pourra vous être utile 😉

Les 4 accords toltèques : un guide vers la liberté personnelle.

En réfléchissant à toute cette histoire j’ai repensé aux 4 accords toltèques. Ce livre best-seller de Don Miguel Ruiz, reprends 4 préceptes essentiels pour vivre une vie de liberté personnelle. Ce livre met en avant 4 codes de conduites à suivre pour transformer sa vie, pour se libérer des souffrances inutiles et vivre une vie de liberté personnelle.

Le tout premier de ces accords est « que ta parole soit impeccable ». Facile à dire ! Avoir une parole impeccable ce n’est pas d’avoir un langage policé et sans grossièreté ! Non, trop facile 😉 ce n’est pas non plus de ne pas dire à l’autre ce que l’on pense. Non, trop lâche 🙊.

Les mots qui sortent de notre bouche peuvent faire l’effet d’une épée plantée dans le dos. Par exemple, une seule phrase prononcée sur un enfant peut avoir des conséquences désastreuses sur son estime personnelle. Et lorsqu’il s’agit de critiquer, de juger quelqu’un par derrière, sachez que l’Univers se chargera toujours de vous rendre coup pour coup. J’en fait malheureusement les frais aujourd’hui en perdant une relation d’amitié.

Dans ma vie, j’ai toujours voulu tirer les leçons de toutes mes expériences. Les plus grandes leçons de vie, je les ai prises à partir de mes erreurs. D’abord encaisser, puis réfléchir et se remettre en question.

Difficile exercise que de se remettre en question. Il est tellement plus aisé de trouver des fautifs ou des circonstances hors de notre contrôle pour rejetter la faute sur les autres. Comme ça, on se frotte le mains, on passe sa colère sur le prétendu coupable de notre malheur, on passe à autre chose. Et Basta ! Personnellement, je crois que chaque épreuve n’arrive pas par hasard dans nos vies et qu’elle doit nous servir à quelque chose.

C’est ainsi que j’ai pris la décision d’être attentive à mes paroles et de tenter d’avoir une parole impeccable en essayant ces bonnes pratiques.

  • Ne pas critiquer ou juger quelqu’un si je ne m’adresse pas directement à lui.
  • Ne plus penser que mon interlocuteur pense et réagit comme moi.
  • Ressentir de la bienveillance pour l’autre.
  • Penser aux conséquences de ses paroles (si possible AVANT de les prononcer !)
  • Garder ses distances avec son interlocuteur pour ne pas prononcer des paroles négatives.
  • Éviter d’émettre un jugement sur l’autre même si on se confie à  un inconnu (dans un taxi par exemple).
  • Penser que son interlocuteur puisse avoir un système de valeur différents du notre. Et savoir, qu’il n’aura pas du tout la même interprétation de ce qu’on va pouvoir dire à l’autre.

Phase 1 : observation

Donc depuis quelques jours, je me suis mise à être attentive aux mots qui sortent de ma bouche… A réfléchir à l’impact de mes paroles. Et ben, y a du boulot ! Je pense que je pars au niveau 0 pour apprendre la langue impeccable !

Et une remarque mesquine par ici ! Un jugement par là ! Des critiques qui fusent ! Je me suis même rendue compte de toutes les paroles qui me traversaient la tête sans passer la frontière de ma bouche (oui, vous savez les « mon dieu mais comment c’est possible de s’habiller comme ça ! »). Et puis il y aussi les pensées non prononcées d’auto sabotage : »mais que tu es nulle/grosse/ conne/ moche ma pauvre Céline ».

J’ai la remarque facile, je suis plutôt bavarde et extravertie du coup cette première phase d’observation met le doigt sur une partie de moi pas terrible. Et si il y a bien une chose à travailler chez moi pour suivre la voie vers la sagesse, ce point clé est à travailler.

Phase 2 : action

Pour agir d’après moi, il y a 2 points clés à travailler :

  1. Pour commencer, il y a la forme. qui consiste à faire passer un contrôle douanier à toutes nos paroles avant de sortir du territoire pour être prononcées. Réfléchir avant de parler ! Tourner 7 fois sa langue dans sa bouche ! J’ai entendu ces mots trèèès souvent dans ma vie. Aujourd’hui, je prends la décision de m’améliorer sur ce point.
    Pour illustrer ce point voici le récit d’une petite histoire qui m’est revenue pour résumer le principe des 3 passoires :

Un jour un homme vint à la rencontre de Socrate et lui dit :
« -Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?
Socrate lui demanda alors :
– ce que tu as à m’apprendre est-il utile ?
– je ne crois pas. Répondit l’homme.
-ce que tu as à m’apprendre sur mon ami est-il bien ?
– non.
Ce que tu as à m’apprendre est il vrai ?
-je ne crois pas conclut l’homme.
Socrate répondit alors :
– alors je n’ai nullement besoin d’entendre ce que tu as a à me dire.

Nous devrions essayer de faire passer ce filtre des 3 passoires à ce que nous voulons dire. Et si ce que nous avons à dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, alors mieux vaut se taire et ne rien dire !

Passez quelques jours à observer cela. Ecoutez vos paroles et rendez-vous compte à quel point beaucoup de nos paroles ne devraient pas passer ce filtre. En observant cela sur moi-même pendant quelques jours, je réalise tout le travail qu’il y a à faire. Cela m’amène à me demander alors : « Mais si je ne passe plus mon temps à faire ma langue de vipère, de quoi vais-je bien pouvoir parler ? » Quand parler de l’autre ou raconter des potins, sont des sujets de conversation faciles et très souvent intarissables. Et qu’il faut trouver d’autres sujets de papotage. L’alternative que j’ai trouvé m’amène à vous parler du 2ème point clé après l’action.

2. Ecouter l’autre. S’intéresser à lui.

S’il est un sujet sur lequel tout le monde a plein de choses à dire s’est bien celui-ci. Parler de soi-même plait à presque tout le monde. Alors je me dit qu’il pourrait être très facile de remplacer les conversations potins en faisant parler mon interlocuteur de lui-même. En lui posant des questions et en l’écoutant.
J’avoue MEA CULPA, honte sur moi ! J’aime bien parler de moi et j’ai du mal à écouter l’autre. J’ai du mal à m’intéresser totalement à l’autre. Mais pour les besoins de cet article et aussi pour ma repentance, j’ai, depuis quelques jours, tenté de faire parler l’autre et surtout l’écouter. Trouver un sujet sur lequel lancer la conversation, écouter, relancer en posant d’autres questions et être attentif à l’autre. Avec bienveillance, sans jugement et simplement pour passer du bon temps.

Quelle expérience ! Rencontrer quelqu’un dans la rue ou croiser un collègue et, simplement lui poser une question pour qu’il se raconte. Ce que j’ai trouvé fort et inhabituel pour moi, c’est surtout de changer le focus. Arrêter de tourner mes pensées seulement vers moi-même et mettre toute mon attention vers l’autre. Cette expérience m’a ouvert tout un tas de possibilités, car je me suis rendue compte que tout le monde a plein de choses intéressante à dire, il suffit d’ouvrir les oreilles et son coeur. J’ai découvert un Autre inspirant, étonnant, marrant (et plein d’autres qualificatifs en ant !) J’ai été étonnée et cela m’a plu.

Alors cela va être mon prochain challenge ! Prendre le temps d’écouter, et de s’intéresser aux autres. Ecouter et découvrir des personnalités étonnantes. Ecouter l’autre c’est rentrer dans son univers et obtenir sa confiance.

Pour conclure cet article, je remercie mon amie perdue de m’avoir permis d’expérimenté la parole impeccable. Je suis heureuse d’avoir pu découvrir tout cela. Même si cela parait très simple pour nombre d’entre nous, c’est un challenge pour moi que je compte poursuivre. Je ne sais pas si j’atteindrais la pleine sagesse en agissant ainsi, mais je suis sûre que cela fera de moi une meilleure personne. Et surtout une meilleure amie.

J’espère que cet article vous a plu, peut-être inspiré à avoir une parole impeccable. N’hésitez pas à me faire part de vos expériences et à commenter.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.