Ah ! Un petit billet pour vous parler de minimalisme aujourd’hui ! Ça vous tente ? A l’ère de la fast fashion (encore elle), et à l’ère des innovations produits facilitatrices de la vie quotidienne, nos placards, dressings, greniers, et garages débordent. Qui n’a jamais ouvert ses tiroirs de cuisine en se demandant si c’était vraiment utile de posséder un séparateur d’œuf ?

Je crois que tout a commencé chez moi lorsque encore étudiante j’achetais mes sachets de sauce béchamel pour mettre dans mes lasagnes. Un jour, je suis tombée en panne de sauce béchamel et j’ai appelé ma mamie pour lui demander la recette. Et lorsqu’elle m’a dit qu’il suffisait de mélanger du beurre, de la farine et du lait je suis tombée sur les fesses ! Alors que pour préparer ma sauce toute prête il fallait que je rajoute aussi du beurre et du lait je me suis dit qu’il y avait vraiment un truc qui débloquait dans tout ça !

Suite à cette expérience j’ai tenté de faire mes soupes de légumes grâce à ma cocotte minute et mon mixeur plongeant ! Et bien l’expérience était également sensationnelle ! Facile à préparer avec n’importe quels légumes et en n’importe quelle quantité la simplicité même ! Wouah, magique ! Plus besoin d’acheter des briques toutes prêtes et toutes pleines de cochonneries.

Suite à ces 2 expériences, de longues années sont passées et depuis quelques mois, une prise de conscience que vous avez certainement remarqué en lisant ce blog, je m’interroge sur l’impact de mes actions et de ma consommation sur la planète que je vais léguer à mes gosses (et ceux des autres aussi par la même occasion !). Avec tout ça, petit pas après pas (toujours les mêmes, ceux qui te font réaliser de grandes choses) je me met à éviter les grandes surfaces, à fréquenter les magasins bio, à acheter en vrac et à faire moi-même mes produits d’hygiène et de nettoyage de la maison, je me lance même dans un grand défi pour 2019, celui de ne rien acheter de neuf en 2019 (t’as vu ça rime !).

Le plus grand des voyages commence toujours par un petit pas.

Christophe André

Puis, je lis un bouquin, “L’art de la simplicité” de Dominique LOREAU (ah oui, petit aparté : je ne fais plus de lien affilié A-mazon à présent sur ce blog car d’abord ça ne me rapporte pas un kopeck, et qu’en plus, je ne veux plus vraiment les mettre en avant par ici, donc si tu veux lire ce livre, tu as la possibilité de le trouver chez ton libraire, de me l’emprunter, ou bien de le demander à la médiathèque). Bref, j’en reviens à mon histoire de simplicité. Donc je découvre l’art de la simplicité et de la méthode pour créer de l’espace dans sa vie pour plus d’épanouissement. Tout comme en yoga, on crée de l’espace dans son corps pour atteindre l’éveil, ici, on accueille la simplicité pour laisser place à une meilleure version de nous-même.

Faire le vide chez soi, dans ses placards, ses papiers, son dressing, son garage, les jouets des enfants, les photos, son ordinateur, pour laisser de l’espace a ce qui est essentiel dans notre vie. En faisant le vide sur nos possessions matérielles, en prenant conscience que tout ce que nous possédons créé de la charge mentale et nous empêche d’y voir bien clair sur ce qui compte vraiment pour nous. Certaines personnes possèdent des tas de choses afin de pouvoir garder des souvenirs d’une époque révolue par exemple. D’autres accumulent pour compenser un manque de confiance. D’autres, comme moi, gardent les affaires des enfants, des vieux vêtements en se disant que ça peut toujours servir, mais au final, c’est là, ça prend la poussière, parfois on les déplace, mais chaque jour, quand je vois ce tas d’affaires qui ne sert à rien, cela me mine. Je me dit que tout ce fatras est inutile et qu’il faudrait que je fasse quelque chose pour m’en séparer.

Et puis, j’ai tenté l’expérience, il y a plusieurs semaines avec mon dressing. Avec méthode, et détermination j’ai passé 4 heures à vider, trier, ordonner mon dressing. Selon une méthode très précise, la méthode Marie Kondo, pour faire le vide.

La méthode pour faire le vide dans sont dressing :

  1. Commencer par déposer TOUTES vos affaires au milieu de la pièce. Oui, toutes les affaires (en l’occurrence, ici, tout mon dressing).
  2. Ensuite, nettoyer les étagères et les placards que vous allez re-remplir
  3. Puis, faites 3 catégories pour faire votre tri : à garder / à vendre / à donner. Dans la vraie méthode, il y a “à jeter”, mais jeter des fringues, non merci.
  4. Ensuite, pour CHACUNE de vos affaires, demandez-vous si ce vêtement vous procure de la joie quand vous le portez. Si le vêtements ne vous va plus, si vous n’aimez pas vraiment la couleur, ou bien si vous ne vous sentez pas très confortable dedans, sortez-le !
  5. Faites ceci pour TOUTES vos affaires.
  6. Une fois que vous avez tout trier, mettez les affaires à donner dans des sacs, à vendre dans des sacs, rangez ce que vous garder par catégorie dans votre placard. Et ne revenez plus dessus ! Ce qui est fait, est fait ! ASTUCE : vous pouvez faire une catégorie “Je réfléchis”, et ranger ces vêtements dans votre placard. Si vous n’avez pas remis ces vêtements de toute la saison, vous pouvez vous en séparer !

Voici un petit avant/après en image :

Après plusieurs semaines d’utilisation de mon nouveau dressing, le bilan est hyper positif ! Le temps que je met à choisir mes vêtements le matin est super court ! Je sais que tout ce que j’ai me plait et me va ! Chaque chose a sa place ! Tout est utile et gros exploit pour moi : mon placard est toujours aussi bien rangé !
Je suis même prête à me lancer dans un nouveau tri car il y a des vêtements que j’ai gardé et que je ne met pas ! Ceux-la je pense les mettre en vente sur Vinted.

Bref, avec l’expérience du dressing, j’ai adoré cet aspect du minimalisme. De ne plus s’encombrer de choses qui ne servent plus à rien. Ma prochaine étape, sera de faire un grand vide dans ma cuisine, car oui, j’ai un séparateur à oeufs, j’ai une poêle à moitié déglinguée qui donne un goût de cramé à mes oeufs au plat. J’ai aussi 2 woks (qui se sert de 2 woks en même temps ?), des plats que je n’utilise pas, une machine à gaufre qui fait disjoncter le compteur et une machine à riz en panne.

Minimalisme, n’est pas QUE faire du vide chez soi !

Si faire du vide chez soi est une des étapes vers le minimalisme. Il y a également d’autres choses dans ce mot. D’ailleurs, je préfère parler de simplicité plutôt que de minimalisme. Comme le dirait le célèbre colibri Pierre Rabhi, il s’agit de sobriété. Dans mon cheminement intérieur, il y a eu une étape importante dont je vous ai déjà parlé sur le blog, c’est le fait de découvrir que nous ne sommes pas nos possessions. Que notre bonheur et notre épanouissement sont TOTALEMENT distinct de ce que nous possédons. Avez-vous lu ce texte qui tourne sur les réseaux sociaux, qui serait la dernière lettre que Steve Jobs aurait pu écrire ? Il ne suffit pas de posséder tout l’or du monde pour être heureux. Il suffit d’aimer, d’être aimer, de passer du temps de qualité avec les être qui nous sont chers. Et tout cela, ça ne s’achète pas !

Et bien, le minimalisme, ou la simplicité, ou la sobriété c’est cela pour moi : regarder mes enfants jouer et se câliner, faire une promenade en famille, ramasser des feuilles, faire un dessin ou prendre le temps de papoter avec une amie, son chéri. C’est se contenter de cela dans sa vie, tout simplement !

Le minimalisme, c’est aussi s’amuser à ne rien dépenser ! Et tenir un bullet journal dans lequel on tracke ses journées sans dépenses !

Le minimalisme, c’est se dire qu’on a plus besoin d’acheter de la levure, parce que le bicarbonate de soude fait parfaitement l’affaire. C’est se rendre compte que préparer des cookies pour le goûter des enfants, c’est encore meilleur parce qu’on y a mis plein d’amour à l’intérieur (et des bons produits bio achetés en vrac !!).

Le minimalisme c’est simplifier ce qui peut l’être. C’est arrêter de créer des problèmes quand tout est parfait ! C’est se demander si ce qui nous fait envie est vraiment nécessaire, se dire que non, y résister et être fier d’avoir résister à la tentation d’acheter un nouveau truc inutile.

Mais le minimalisme c’est pas facile ! C’est un état d’esprit qu’il faut cultiver pour soi. C’est un exemple qu’il faut montrer à ses enfants pour qu’un jour elles arrêtent de te demander d’aller à Gifi pour acheter une peluche Licorne ! C’est dire non aux cadeaux à Noël. C’est refuser un calendrier du club de foot pour les étrennes (tu donnes les 10 balles, mais tu laisses le calendrier !)

Bon, voilà, c’est tout pour aujourd’hui. J’arrête là !

T’en penses quoi toi de ça ? Est-ce que tu minimalises avec optimisme ?

%d blogueurs aiment cette page :