BEAUTE, GESTES ECOLOS

Mes débuts en Slow Cosmétique

9 Partages

La Slow Cosmétique … vous connaissez ?
Moi, ça fait quelques mois que j’en entends parler et j’ai été intriguée par cette nouvelle tendance. Alors, pour les novices comme moi, voici quelques explications sur ce mouvement éco-citoyen.
Slow cosmétique est un terme inspiré de la slow food. Ca aussi ça ne vous parle pas ?! (très bien moi non plus à l’époque, ha ha ha). pour faire simple, « la Slow » c’est un mouvement qui consiste à avoir une démarche la plus écologique, éthique et et raisonnable possible pour les cosmétiques mais aussi pour les produits d’entretien de la maison. La slow se base sur plusieurs principes :

  • Utiliser le moins d’ingrédients possibles pour ses produits de beauté.
  • Que ces produits soient le plus naturels possibles
  • Idéalement Bio
  • Non emballée, ou le moins possible
  • Et si tu peux les fabriquer toi-même t’es au top !

Tout ça paraît super ! Quand tu manges Bio pour éviter les pesticides et avoir une démarche écologique, se mettre à la slow cosmétique s’est un peu la suite logique de la démarche. C’est donc avec joie et entrain que je devrais m’y mettre !

Mais voilà, que les clichés et les vieux à priori débarquent : je suis quand même plutôt coquette, j’aime me maquiller, j’adore acheter des produits de beauté et là, avec la Slow, je me dis que quand-même je n’ai pas tellement envie de ressembler à une éleveuse de chèvre dans le Larzac ! Mais comme il faut faire des expériences dans la vie C’est donc petit à petit que je décide de m’y mettre. Je n’en suis encore qu’au début de cette expérience, et voici comment j’ai commencé :

#1 > Démaquillage à l’huile de coco

En voyant toutes les vidéos de blogueuses qui se démaquillent à l’huile de coco, c’est là qui l’idée de la slow cosmétique a germé dans mon esprit. Et ça tombait bien, j’avais de l’huile de coco dans ma cuisine ! J’ai donc tenté et j’ai été bluffée par l’odeur, la simplicité, l’effet sur la peau et l’efficacité.

#2 > Des cotons lavables

Se sont mes amies qui me les ont offerts pour mon anniversaire. Je m’y suis donc mise sans y avoir pensé. C’est très pratique et ça évite de jeter 2 ou 3 cotons tous les jours. Pour ma part, je continue de les utiliser par convictions mais je ne suis pas fan de l’utilisation. Les miens ont 2 faces de tissus (1 côté microfibre et 1 côté éponge) et ils se dédoublent. Alors, si vous avez une marques de cotons avec une seule face en microfibre, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaires.

#3 > Des huiles végétales

Pour continuer, et toujours pleine d’à priori, je suis passée aux huiles végétales en remplacement de ma crème de jour. C’était juste un test au départ avec de l’huile de jojoba mais, une nouvelle fois, l’essai a été concluant ! La peau n’est pas grasse, il n’y a pas d’odeur et l’hydratation est parfaite. J’en applique juste une goutte le matin sous mon fond de teint et s’est parfait … enfin, parfait sauf en été. Car l’huile attire le soleil et à la première sortie au soleil j’ai cramée et attrapé des boutons. Je suis donc repassée à la BB crème teintée et indice 30 pour passer l’été. Je retrouverai mon huile de jojoba à l’automne.
J’ai aussi testé l’huile d’argan sur les pointes des cheveux. Appliquez le soir et laissez poser toute la nuit pour hydrater et réparer les cheveux.

#4 > Le gel d’aloé véra

Il parait que le gel d’aloé vera est magique, il est hydradant et apaisant. Il sert à tout ! Il n’est pas gras du tout et laisse sur la peau une douce sensation de fraîcheur. J’aime bien l’utiliser pour hydrater mes mains sèches car, contrairement à la crème pour les mains classique, il ne laisse pas de film gras sur les mains. Je m’en sert pour hydrater mes jambes et j’en met sur l’eczéma de ma fille lorsqu’elle fait des petites poussées.

Voilà où j’en suis pour l’instant. Et je n’ai pas l’impression de faire de compromis avec ma beauté pour le moment. Je me sens l’âme d’une militante chaque soir et chaque matin en décidant de mieux consommer aussi pour ma beauté.

J’ai encore un grand chemin à parcourir pour devenir une véritable adepte de la slow cosmétique. Je ne suis pas encore sûre d’aller au bout de cette démarche en fabriquant moi-même mes produits, masques ou maquillage. Mais cette expérience est riche car elle me permet de m’interroger sur les produits que l’on veut nous vend et leur toxicité. Je m’aperçois aussi que le marketing nous fait complètement oublier le bon sens, le respect de toute chose et la simplicité.

Si vous souhaitez vous y mettre, ou bien aller plus loin dans cette pratique, je vous conseille le guide visuel de la slow cosmétique. Dans ce livre pratique et illustré vous découvrirez en détail ce qu’est la slow cosmétique. Vous trouverez des recettes pour fabriquer vous-même vos cosmétiques et vous saurez comment utiliser les 10 ingrédients phares de la slow cosmétique.

Et vous, vous en êtes où avec la slow ?

1 thought on “Mes débuts en Slow Cosmétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.