Je me met au zéro déchet en 6 étapes

Je me met au zéro déchet en 6 étapes

Il n’y a encore pas si longtemps, le terme de zéro déchet m’était complètement inconnu, ensuite, ce mot est devenu un truc pour les fous de l’écologie et puis, finalement, je me suis aperçue que j’avais déjà pas mal avancé dans cette démarche !

Tout a commencé le jour de mes 37 ans, quand mes amies m’ont offert une box de produits cosmétiques bio qui contenait des cotons à démaquiller lavables. En les essayant, je me suis aperçue que c’était pas si difficile d’utiliser ces cotons, de les laver et de s’en resservir. Petit à petit, j’ai tenté de nouveaux trucs et c’est vraiment pas à pas que je me suis lancée dans cette démarche. A la fin de cet article, je t’en dirai plus sur le chemin qu’il me reste encore à accomplir pour réduire encore le poids de ma poubelle mais avant cela, voici un article où je t’explique en 6 étapes comment tu peux vivre en créant moins de déchets.

Le meilleur déchet est celui que l’on ne créé pas

Qu’est ce que le zéro déchet ?

Selon l’association Zero Waste France, notre société fonctionne sur un mode de consommation qui est en train de devenir délétère pour notre planète. En effet, aujourd’hui, tous nos biens de consommation deviennent des déchets à plus ou moins long terme. Tous les produits alimentaires, cosmétiques sont emballés, voire sur-emballés. Ces emballages ont une durée de vie extrêmement courte puisque une fois produit, distribués en magasin, achetés et arrivés dans nos placards ils deviennent un déchet. Quand on voit comment notre Terre est envahie de plastiques sur les plages, dans les océans, et partout, on se rend bien compte que c’est une catastrophe et qu’il faut impérativement changer cette ère du tout-jetable.

Les autres produits non alimentaires comme les vêtements, l’electro-ménager, les produits électroniques, ne sont pas en reste car, même s’ils ont une durée de vie un peu plus longue, ils sont aussi voués à devenir des déchets à moyen terme. Si on ajoute à cela l’obsolescence programmée, ou encore les modes de la fast fashion qui se renouvellent toutes les semaines, cela fait, là aussi, énormément de déchets pour notre planète.

Enfin, il y a tous les bibelots, gadgets, jouets, et autres objets de piètre qualité qui finissent rapidement à la poubelle après une utilisation plus ou moins longue (en fonction du niveau d’utilité et de la qualité).

En faisant cet état des lieux de notre consommation, il est très simple de comprendre qu’il est urgent de changer cela pour avoir un mode de consommation plus durable.

Et bien, le zéro déchet, c’est cela ! C’est d’essayer de réduire au maximum la génération de déchet grâce à un mode de vie et de consommation adapté. N’ayez pas peur ! Tout va bien ! Il ne s’agit pas de revenir à l’âge de pierre, mais de repenser notre vie pour plus de durabilité. Si vous avez envie de tenter l’expérience mais que vous ne savez pas très bien comment commencer voici 6 étapes simples pour réduire petit à petit vos déchets.

Attention, il faut du temps pour réduire complètement ses déchets. Allez-y petit à petit. Vouloir tout changer d’un coup peut vous décourager, et cela serait contre-productif. Moi-même, je tente, j’essaie des trucs, parfois cela me plait bien, parfois pas, alors je reviens en arrière et je cherche d’autres solutions. J’expérimente et surtout je m’amuse ! Je prends ça pour un jeu ! Et je n’impose rien à ma famille, en montrant l’exemple, les changements s’opèrent tranquillement.une

Voici les 6 étapes en vidéo pour ceux qui préfèrent écouter !

Etape 1 : Composter

Dans les foyers français, 30% de la poubelle est composée de restes alimentaires et d’épluchures. Ces déchets pourraient être évités, tout simplement, en les rendant à la terre. Mettre en place un compost est donc une première étape à la réduction de nos déchets. Dans ma commune, j’ai pu acheter un composteur à très bas prix grâce à l’organisme en charge des déchets, renseignez-vous auprès de votre commune s’il existe des solutions. En ville, ou en appartement, c’est un peu plus compliqué, mais pourquoi pas mettre en place un composteur collectif ?

Etape 2 : Acheter en vrac

Si vous voulez vous lancer dans le zéro déchet, il faudra analyser le contenu de vos poubelles. Et vous y trouverez énormément d’emballages en tout genre : carton, film plastique, barquettes, bouteilles, … pour éviter ces emballages, il est très simple d’acheter ses produits en vrac.
Pour les fruits et légumes, n’achetez rien d’emballé et munissez-vous de sacs et filets en tissus réutilisables pour y mettre vos provisions le temps d’arriver à la maison.
Pour le fromage, la viande et la charcuterie, vous pouvez les acheter à la coupe et apporter vos récipients et ainsi éviter les papiers d’emballages.
Pour les pâtes, le riz, la farine, les légumineuses, les céréales, le café, je trouve tout ça en vrac dans mon supermarché bio. J’avoue qu’il m’est difficile de trouver certains produits en vrac dans ma ville comme le beurre, la crème soja, la crème, ou même le thé.

Etape 3 : Remplacer le jetable par le durable

Aujourd’hui, tout est jetable ! C’est tellement plus pratique … et désastreux ! Pour un objet qui aura une durée d’utilisation de quelques heures à quelques jours, combien de temps faut-il pour que cet objet se décompose ? Des centaines d’années !
Alors pour arrêter le carnage, je vous encourage à rechercher des alternatives durables à nos produits jetables.
Voici quelques exemples :

> Bouteilles en plastique >>>>> Gourdes en inox
> Coton démaquillant >>>>>>> Lavette, coton lavable
> Sac plastique >>>>>>>>>>> Sac en tissu
> Rasoir jetable >>>>>>>>>>>> Rasoir de sécurité
> Dosette de café >>>>>>>>>> Café en vrac
> Bouteille de gel douche>>>> Savon solide
> Shampoing >>>>>>>>>>>>>> Shampoing solide
> kleenex >>>>>>>>>>>>>>>>> Mouchoir en tissu

Etape 4 : Acheter d’occasion

Lorsqu’on achète un produit neuf, il y a le produit en lui même qui deviendra un jour un déchet. Mais il y a le déchet que l’on ne voit pas, ce sont toutes les ressources qui sont nécessaire à la fabrication de l’objet en lui-même, c’est ce qu’on appelle le “sac à dos écologique” de l’objet. Par exemple, pour fabriquer un smartphone, il faut produire 221 kilos de ressources. Pour un lave-linge, c’est 1990 kilos de ressources nécessaire !
En choisissant d’acheter d’occasion, vous donnez une nouvelle vie à des objets qui ont déjà été utilisés et vous “cassez” ce cercle vicieux du sac à dos écologique des produits. Il existe de très nombreuses alternatives aux achats neufs, en me lançant cette année dans le défi Rien de Neuf en 2019, j’ai découvert des alternatives à l’achat neuf. Bien sûr, il y a le fameux Bon Coin, mais pour les vêtements, vous avez Vinted. Pour le High Tech, vous avez Backmarket qui propose des produits reconditionnés, ou bien les magasins de type Cash Converter. J’ai également découvert Geev, une application où vous pouvez donner, et recevoir des objets. Enfin, les brocantes, vide-grenier, vide-maison, ressourcerie, Emmaüs, … qui pourront aussi faire votre bonheur.
Et bien sûr, en achetant localement d’occasion vous aurez des produits non emballés, donc sans déchet d’emballage !

Etape 5 : Faire soi-même

Ahhh, je vous entends déjà me dire que vous n’avez pas le temps de faire vos produits vous-même ! Moi aussi je pensais ça, et puis un jour j’ai fait ma lessive pour le linge, puis un nettoyant multi-usage pour la maison, puis mon déodorant, puis un spray capillaire, puis, dernièrement ma poudre de lave-vaisselle.
Dans la salle de bain ou pour les produits ménagers, j’ai acheté quelques produits de base comme le gel d’aloé véra, l’huile de coco, le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude et quelques huiles essentielles et maintenant je peux faire plein de choses pour nettoyer ma maison, m’occuper de mon corps, de mes cheveux et soigner les petits bobos des enfants.
En cuisine aussi, faire soi-même plutôt que d’acheter des produits industriels emballés. C’est meilleur pour la santé et pour la planète. Ici, on fait nos cookies, notre pâte à tartiner par exemple. Dernièrement, j’ai fait des galettes de sarrasin au lieu de les acheter toutes prêtes, avec de la farine achétée en vrac, c’était des galettes zéro déchets. Avec des produits de base, (et un Thermomix) on peut faire tout un tas de choses soi-même.

Etape 6 : Simplifier

Enfin, dernière étape et non des moindres, il s’agit à présent de simplifier sa vie ! A t’on vraiment besoin de 6 paires de baskets, de 20 pantalons, de 5 plats à four ? Est-ce bien utile d’avoir de la mayonnaise en tube ? Ai-je besoin de conserver tous ces papiers et tous ces bibelots ? Se simplifier la vie permet de créer de l’espace pour autre chose de plus enrichissant. Je vous laisse découvrir mon article sur le minimalisme ici. Mais en possédant moins de choses, en désirant moins de choses, on laisse de la place pour le véritable sens de sa propre vie, pour ce qui est important. Et par la même occasion, on va moins faire les magasins, donc on dépense moins et on ne créé plus trop de déchets.

Voilà, si tu suis grosso modo ces 6 étapes, au bout de quelques temps, tu verras que ta poubelle se réduit, que ta maison s’épure, que ton bonheur grandit. En appliquant cela dans ma vie, j’ai la sensation d’avoir acquis une certaine liberté et une certaine lucidité quant à la société de consommation. Avant, quand je pensais à la St Valentin ou à Halloween, je me disais que c’était une fête commerciale sans trop y croire, mais à présent, je comprend mieux tous les mécanismes du marketing. J’ai plus de lucidité et je me sens bien plus libre.

Mais le chemin est long et ma poubelle est encore pleine ! Il me reste encore du chemin, j’utilise toujours des mouchoirs en papier, du papier toilette, j’ai des conserves et des bocaux, des emballages et des films plastiques, j’achète encore des cadeaux neufs que j’emballe dans du papier. Et encore plein de choses qui font que le chemin est très long. Mais une fois qu’on en a pris la route, il me parait difficile de faire demi-tour. C’est une exploration de la sobriété heureuse qui se poursuit et qui apporte son lot de rencontres et de partages.

Je suis heureuse d’être sur cette route et si vous avez envie d’en parler, d’organiser un atelier pour échanger sur ces pratiques en Tarn Garonne, n’hésitez pas à me solliciter, cela me plairait bien de partager avec vous “dans la vraie vie”.

J’espère que cela te donnera l’envie et l’inspiration de commencer et de t’y mettre. Un pas à la fois, même un petit, à la hauteur de ses moyens. Il n’y a rien a gagner, ni rien à prouver, juste de l’expérience.

Soyez heureux, merci de m’avoir lu jusqu’ici ! Je vous embrasse.

Photo par Sylvie Tittel sur Unsplash


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


%d blogueurs aiment cette page :