lecture

J’ai lu « Le jour où les lions mangeront de la salade verte »

4 Partages

Hello,

Après son best-seller « Ta vie commence le jour où tu comprends que tu n’en as qu’une », Raphaëlle Giordano nous offre son 2ème roman, « Le jour où les lions mangeront de la salade verte ». Voici ce que j’en ai pensé.

De quoi ça parle ?

Romane est un coach dont la méthode est reconnue à travers le monde. Elle donne des conférences et a même fondé une école. Ce qu’elle enseigne ? La burnerie ! La burnerie, du mot burnes. La burnerie se sont tous les comportements que chacun peut avoir au quotidien et qui empoisonne l’existence. Enfin, pas sa propre existence, mais celle des autres plutôt. La burnerie peut se manifester sous plusieurs formes. Exemples : un patron qui te met inutilement la pression. Un mari qui a tendance à vite dénigrer sa femme. Une mère qui rêve la vie et impose donc ses choix à son fils. Un humour gras, méchant, mesquin qui blesse plus qu’il n’est drôle…

Mais pourquoi créer une école de dé-burnerie ? Et bien, parce que certaines personnes sont passées maître dans l’art de la burnerie et, parfois, il faut y mettre fin. Une épouse qui menace de tout plaquer, une employée modèle qui donne sa démission et la prise de conscience est vite arrivée. Romane, avec son école « Sup de Burnes » accompagne ses élèves à modifier leur comportement pour reprendre leur vie en main.

Et puis, il y a Maximilien. Bellâtre, jeune, PDG d’une multinationale cosmétique. Il est secrètemenr poussé par sa soeur et son assistante à participer à une classe de Sup de Burnes. Maximilien, c’est Christian GREY en gros. Il est beau, riche, puissant. Hormis que le bouquin ne raconte pas s’il a une chambre rouge fermée à double-tour dans son appartement 😉 Bref, Maximilien se retrouve à Sup de Burnes contre son gré et participe à une promotion Sup de Burne.

L’histoire raconte les parcours de Romane, Maximilien et les autres élèves de la promo Sup de Burnes !

Pourquoi j’ai aimé ?

Comme on dit, « on ne change pas une équipe qui gagne » ! Après son premier succès, l’auteur nous offre une nouvelle histoire mêlant développement personnel et intrigue.  J’aime les romans de développement personnel. A la façon de Laurent Gounelle. Je trouve agréable de rentrer dans l’histoire des personnages et de découvrir comment ils vont s’en sortir grâce aux clés du développement personnel. J’ai souvent l’impression que c’est ni plus ni moins que la mise en pratique des pavés de développement personnel que j’ai pu lire auparavant. Ce type de roman me détend. il se lit vite, il est parfait pour l’été à la plage. J’ai aimé ce livre car s’est un bol d’air frais. Il remet en perspective les moments de burneries auxquels nous avons dû faire front et s’est assez drôle d’en faire l’expérience.

Pourquoi j’ai moins aimé ?

Si j’ai aimé la légèreté de l’histoire, la simplicité de la lecture, le rythme. J’ai trouvé l’histoire plutôt simpliste. J’ai trouvé qu’il n’y avait rien de très surprenant dans l’intrigue. Autant j’ai adoré son premier roman, car l’intrigue était plutôt bien faite et on se demandait toujours ce qui allait arriver à l’héroïne. Ici, tout était couru d’avance, dommage.

Conclusion !

Ce livre est un petit chocolat qui se goûte en toute simplicité avec le café. Il est léger, facile, drôle, et il explique par des exemples et des exercices simples quelques principes du développement personnel. S’est un bon moyen d’initier la pratique du développement personnel auprès du grand public. Cependant, si vous hésitez, je vous conseille vraiment « Ta deuxième vie commence le jour où tu comprends que tu n’en as qu’une ».

Et vous, vous avez lu l’un ou l’autre ?
Qu’en avez-vous pensé ? Dites-le moi en commentaire.

2 thoughts on “J’ai lu « Le jour où les lions mangeront de la salade verte »

  1. Merci pour cette vision , cvest très intéressant d avoir ce genre de critique pour choisir ses lectures ou échanger .
    Perso je ne l ai pas encore lu celui ci , mais le premier j ai adoré. Je trouve très bien d avoir ces conseils en psychologie positive dans la simplicité de lecture qu offre le roman .
    Si tu ne connais pas encore , tu aimerais peut être Florence Schneider,j ai lu 3 kits par jours et poser patate , c est pas si facile d accès Car c est pas romancé , un peu comme le secret je pense ( je l ai acheté cet après midi il me tarde de l ouvrir 🙂).
    Merci pour cet article 😉

    1. J’avais vu Florence Servan Shreber en conférence mais je n’ai pas encore lu ses livres. Merci pour ton commentaire Sandrine.
      Tu as aussi Laurent Gounelle qui est top pour romancer le dev perso.
      A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.