Healthy food, Recettes healthy

Comment être en mauvaise santé ?

8 Partages

Dans cet article, je vous donne toutes les clés pour être en mauvaise santé. En suivant tous mes petits conseils, vous ressentirez très vite fatigue, déprime, rhume et tout le cocktail bien sympa pour passer des fêtes en toute petite forme. Le cocktail idéal si vous avez besoin d’une bonne excuse pour ne pas aller au traditionnel repas familial ;-p

Depuis quelques jours, je cumule toutes les mauvaises habitudes et mon corps commence à me montrer des signes de faiblesses, cela m’a donné envie de vous écrire un petit article (ça faisait trèèèès longtemps en plus) pour vous donner toutes mes astuces pour une mauvaise santé assurée !!

Dans sa célèbre citation : « Que ta nourriture soit ton meilleur médicament », Hippocrate prétend que pour être en bonne santé, la première chose à faire est de se nourrir sainement. Vous le savez, si vous lisez mes articles, je suis persuadée qu’une alimentation saine permet de conserver un bon capital santé. Mais voilà qu’en 3 semaines, j’ai mis au rebus toutes mes bonnes habitudes alimentaires, en seulement quelques jours je suis retombée dans l’excès niveau alimentation. Je me disais bien que j’abusais et qu’il fallait que je me ressaisisse, mais c’était plus fort que moi ! Jusqu’à ce que, rapidement en seulement quels jours, je m’aperçoive que ce comportement alimentaire provoquait toute une vague de méfaits sur mon corps et mon esprit.

Décembre : le mois de tous les dangers !

Ah le mois de décembre… Ses fêtes familiales, les retrouvailles avec la famille, les repas qui s’enchaînent, l’anniversaire de la grande. Tout commence dès le début du mois avec les chocolats gentiment offerts par les clients. Les Rochers, ceux plein d’huile de palme et de gras. Ceux-la même que quand tu en a pris un, tu enchaînes avec 3 ou 4 de plus. Après tout s’est Noël !  On peut bien se faire plaisir. Cette année, je me suis lâchée et je ne résiste à aucune des envies de sucres, de gras, de charcuterie.

Mais voilà, Noël n’est pas encore arrivé et je commence déjà à me sentir mal.

Alors oui, au fait, comme l’indique le titre de cet article, et pour que le suspens insoutenable s’arrête enfin ; pour tomber malade, rien de plus simple. Mange gras, salé et surtout sucré et tu seras en mauvaise santé ! C’est tout ? Oui c’est tout ! Enfin, tu peux aussi en rajouter si tu as envie : ne fais pas de sport, ne sors jamais de chez toi, sois stressé et là, t’es assuré qu’à m’en donné (comme on dit chez moi) ça va le faire !!

Cela fait maintenant 2 ou 3 semaines que je ne m’impose aucune limite niveau excès de bouffe et d’alcool  (ne l’oublions pas celui-la). Je suis d’ailleurs très surprise de la vitesse à laquelle cela se dégrade.

Voici les 5 effets que j’ai ressenti après seulement 3 semaines d’une alimentation trop riche, sucré et alcoolisée.

Le souffle court

C’est le premier signe qui m’a alerté en fait ! J’ai commencé à flipper quand monter les escaliers ou faire un peu de ménage est devenu difficile. J’ai vite eu le cœur qui s’emballe et j’étais essoufflée au moindre effort. Je me suis sentie lourde et sans énergie. Et cela fait plutôt bizarre, voire flipper. C’est d’ailleurs dans un petit moment de stress que j’ai pris conscience que cela venait certainement de mon alimentation. Je ne sais pas si c’est vraiment lié, mais en tout cas, pour moi, je crois que ça en a un effet direct.

La peau devient moche

Et puis après, ben, après les chocolats et le pâté, évidemment tu as les boutons qui apparaissent ! La base ! En fait, avant je n’y croyais à cette histoire de boutons qui pouvait être liée à l’alimentation. Mais depuis que j’essaie d’avoir une bonne alimentation, ma peau est plutôt niquel. Et dès que j’abuse un peu trop sur la charcuterie, en 2 jours les boutons apparaissent !

L’estomac en compote

Evidemment, dès les premiers jours d’excès c’est l’estomac qui dérouille, le bide en vrac du matin au soir, le transit … disons irrégulier ! Après tous ces excès, l’estomac souffre et se fait remarquer. Ça gargouille, ça fait mal, ça tire. Bref, c’est pas du tout agréable ! C’est à ce moment là que je me suis dit qu’il fallait que je me calme un peu (ça tombait bien, on avait terminé tous les chocolats au boulot).

Une grosse flemme

Quand j’ai fait mon défi Zéro Sucre, il y a vraiment un truc qui m’a surpris, c’est cette sensation d’énergie qui m’a envahie. Je pouvais tout faire sans même y réfléchir. J’étais la reine de l’organisation dans la maison, j’arrivais à tout faire sans problème. Avec les excès de gras et de sucre, mon corps me demandait toute l’énergie pour digérer, et absorber toute cette mauvaise nourriture. Du coup, à moi les siestes, les après-midi sur le canapé et les matinée à pas trop bouger non plus. Linge qui s’accumule, pas envie de préparer à manger, rien à manger parce que la flegme de faire les courses et tu prépares des pâtes ! Sauf que les pâtes c’est du sucre. Et ben quand tu manges des pâtes, au bout d’une ou 2 heures t’es fatigué, alors tu fait la sieste. Bref, c’est un cercle vicieux.

Mais le cercle vicieux ne s’arrête pas là puisque quand on rentre dans cette spirale infernale et qu’on veux en sortir, c’est super dur. Les pâtes blanches qui ont un Index Glycémique très haut provoque rapidement une sensation de faim. Du coup, même si on mange n’importe comment on a tout le temps faim. Et comme on n’arrête pas de manger du sucre, notre corps nous demande pas des brocolis NON. Il veut du sucre ! Donc on remange des pâtes et on est fatigué, et on a faim mais on a la flegme alors on refait des pâtes ou pire encore.

Un cerveau au ralenti

Comme si le corps en hibernation ne suffisait pas, il y a aussi le cerveau qui s’y met ! Impossible de mettre à la lecture d’un bouquin, je n’arrive pas à me concentrer sur ce que je lis. Je n’y arrive pas. Je ne sais pas du tout si c’est lié à la mal bouffe mais en tout cas s’est pénible ! J’espère que dès janvier, je vais pouvoir rattraper mon retard pour me remettre à la lecture. Croyez-vous qu’il y a un rapport entre l’alimentation et les capacités intellectuelles ? Il y a quelques articles que j’ai trouvé sur le lien entre l’alimentation et les capacités intellectuelles ou l’humeur qui serait influencée par notre alimentation qui vont dans ce sens en tout cas !

L’envie de reprendre un chocolat

Comme je le disais plus haut, une fois qu’on est rentré dans le cercle vicieux de la malbouffe, il est difficile de s’en sortir car tout est lié. Mais si en plus, on ajoute à tout ça la gourmandise, il est très facile de succomber à la tentation et de se laisser rouler dans la farine et de reprendre un Rocher !

Alors si vous avez envie de tomber malade ou d’être en mauvaise santé,  allez-y, faites-vous plaisir et mangez tout ce que vous voudrez : chocolats, charcuterie, pâtes, desserts, pain blanc  à gogo, fromage, viande et arrosez le tout d’un bon (ou deux) verre de Bourgogne.

Par contre bannissez les légumes,  les légumineuses, oubliez les fruits,  les lentilles, et vous verrez qu’en quelques jours tout va moins bien ! Le corps n’a pas envie de bouger et l’esprit est fatigué, moins patiente, moins motivée, la gorge qui commence à piquer et c’est l’engrenage.
Au bout de quelques jours, j’ai rapidement pris conscience qu’il fallait modifier tout ça pour repartir sur de bonnes bases. Il a fallu que je résiste à la faim et à l’envie de sucre pour remettre un peu d’ordre dans tout ça. Problème, les fêtes n’ont pas encore commencées !! On est que le 19 décembre et il y a encore tellement de repas à venir dans les prochains jours que je ne sais pas comment je vais réussir à gérer toute cette nourriture !  En tout cas j’en suis sûre, cette petite expérience me rendra plus forte dès le 2 janvier quand il sera l’heure de prendre de bonnes résolutions … tiens tiens, cela me donne l’idée d’un petit défi ! Ça vous tente ?

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année. Soyez heureux.ses. Profitez de vos proches. Mangez ce qu’il vous plaira et surtout faites-vous plaisir.

 

 

2 thoughts on “Comment être en mauvaise santé ?

  1. Article très sympa, et plein de bon sens. Une très bonne chose est déjà cette prise de conscience, maintenant reste à trouver les leviers de motivation et/ou de motivation à tomber ainsi dans ces travers qui nous fobtca tous du mal. Encore bravo et metci pour ce partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.