En démarrant le défi rien de neuf 2019, j’imaginais que j’allais ressentir de la frustration et que j’allais passer par des moments de manque de consommation. J’avais peur de ne pas savoir comment palier à tous mes besoins matériels. Je craignais de ne pas savoir par quoi remplacer mes séances de shopping. J’accorde de l’importance à ce que les autres peuvent penser de moi (que celui qui n’en a rien à faire me jette la première pierre ha ha !!), et j’avais peur de paraître « pauvre » et radine.

Pourtant je me suis lancée dans le défi sans trop réfléchir. Comme une continuité de ma démarche vers une consommation plus responsable et soucieuse de l’environnement. Et puis, des journalistes se sont pointés à la maison pour voir comment je m’en sortais avec cette résolution ! Du coup, je me devais d’y aller à fond !

Alors j’ai commencé tranquillement ! Au départ, j’ai joué la facilité en achetant sur Vinted et sur des applications faites pour ça. Ensuite, très rapidement j’ai tout simplement arrêté d’acheter des objets. Je commence à avoir des adresses pour trouver des choses d’occasion et pour me faire plaisir. Mais j’avoue que je n’achète vraiment plus grand chose (mon pêché-mignon reste quand même Cultura de temps en temps) !

Je n’achète plus que l’essentiel et tout va bien ! Alors oui, il y a quand même des choses que j’achète encore neuf comme par exemple ma brosse à dents ou mes brosses à vaisselle, voire les brosses à cheveux, les produits intimes je les achète neuf également. Cela me surprend moi-même ! Je ne pensais pas que faire cette démarche allait me libérer mais c’est exactement ce qu’il se passe ! Réfléchir à sa consommation au regard de ses véritables besoins brise nos chaines. En fait, j’ai pris conscience que j’étais prisonnière de la consommation.

On a voulu me faire croire pendant des années (depuis toujours finalement), que pour être heureuse, pour être une bonne mère, pour être belle, pour être épanouie il fallait que j’achète tel ou tel produit. On a voulu me croire que j’en avais besoin. Et oui, le boulot du marketing, c’est de déclencher le besoin. C’est la base du marketing ! Et quand on est asséné de publicité à longueur de journée, toute l’année, partout, et bien on finit tout naturellement par croire sincèrement qu’on a besoin d’acheter tout ça. On est comme manipulé à notre insu (oui, être manipulé à son insu, c’est un pléonasme, mais c’est par soucis de me faire bien comprendre ha ha).

Le jour où j’ai réalisé à quel point j’étais, nous étions tous manipulés, je me suis sentie comme Julia Roberts dans cette pub (oui une pub !) pour du parfum ! Elle est tout en blanc alors que tout les autres sont en noir, et elle est retenue par des chaînes. Mais elle décide de se libérer de ses chaînes et du coup elle est libre ! Et bien aujourd’hui, je suis comme Julia Roberts ! Libre !

Cette prise de conscience est juste énorme dans ma vie, car je bosse dans le marketing et la publicité. Je fais partie des manipulateurs de ce monde ! Alors comment faire ? Pour l’instant je n’ai pas de réponse à cette question car il s’agit de ma carrière, et c’est important. Je ne sais pas du tout comment je vais pouvoir allier mon métier, avec mes convictions et comment je vais pouvoir en vivre ! Mais je sais que la solution viendra d’elle-même ! L’univers la mettra sur mon chemin quand ce sera le moment.

Sur un plan plus personnel, cette révélation me permet de me recentrer sur l’essentiel, ma famille et le bonheur que je ressens quand je suis avec elle. Quand je m’ennuie, plutôt que de chercher une activité dans un centre commercial, c’est vers la nature que je me tourne. Je cherche un lieu de balade sympa, une activité gratuite à faire en famille, un pique-nique, aller cueillir des fleurs, faire des colliers de pâquerettes. Parfois, nous allons au musée, ou nous allons découvrir Toulouse (prendre le métro est une activité en soi pour les filles haha !)

Bref, arrêter d’acheter, consommer moins, ne m’a pas fait perdre ma liberté. Cela ne m’a contraint. Non, c’est tout l’inverse qui c’est passé ! Je me suis Libérée – délivrée de la consommation. J’ai pris le pouvoir.

Cet article a été rédigé en mars 2019, jamais publié. Je ne sais pas pourquoi. Mais aujourd’hui, je vous le livre, presque un an après, car il est toujours aussi vrai et criant de vérité.

Je vous embrasse. Soyez heureux !

%d blogueurs aiment cette page :